Illustration : Mythes et tragédies grecs

Les Perses d’Eschyle

Traduit par Sylvie Carré, Paris
Illustration, huile

« Il me sembla que deux femmes bien vêtues, l’une parée de vêtements perses, l’autre par contre de doriens, venaient à ma vue, par la taille les plus remarquables de beaucoup parmi les femmes d’aujourd’hui, et par la beauté irréprochable, et sœurs de la même race ; mais pour patrie elles habitaient l’une la terre d’Hellade pour l’avoir obtenue du sort, l’autre la barbare. Ces deux femmes, à ce que je croyais voir, soulevaient quelque querelle l’une contre l’autre ; et mon fils s’en étant aperçu tentait de les contenir et de les calmer, et sous son char il les attelle au joug toutes deux et leur met la courroie au cou ; et l’une sous ce harnachement faisait la tour haute, et dans les rênes avait une bouche facile à gouverner, mais l’autre se débattait, et de ses deux mains met en pièces l’équipement du char et l’empoigne entier de force malgré le mors et brise le joug en son milieu ; mon fils tombe, et son père, Darios, se place auprès de lui en le plaignant ; mais quand Xerxès le voit, il déchire les vêtements autour de son corps. Ce sont donc ces choses que je dis avoir vues. »

Illustration à la peinture à l’huile sur toile de la tragédie d’Eschyle, sur un format 30x40cm.

Suite en cours de réalisation.

Phaéton et le char du Soleil

Peinture à l'huile sur bois, le mythe de Phaeton
Le Mythe de Phaeton, huile sur bois